PCLinuxOS Bonsai -en-

It all started at the beginning of July 2010, after a request to make a core version was published on the community projects forum « mypclinuxos.com/forum ». After this request, a member of the PCLinuxOS community, known as « etjr », created a minimal ISO, a core version without a gui, built with the PCLinuxOS rpms from the repository.

I stumbled upon this chance, to create a tiny PCLinuxOS Openbox version. This kept numerous days busy, for myself and several willing testers at the PCLinuxOS.com forum. We now have a minimalist version of PCLinuxOS Openbox in English, and one localized in French, with the code name « bonsai ». This smallest version of PCLinuxOS has a gui and is installable.

It is available here:
pclinuxos-openbox-bonsai-2010.11.iso
pclinuxos-openbox-bonsai-2010.11.md5sum

and also here, incase the first link would come to be unreachable:
pclinuxos-openbox-bonsai-2010.11.iso
pclinuxos-openbox-bonsai-2010.11.md5sum

The size is 261 MB for the English version and 290 MB for the French version.

Here is the list of the programs and the main features:

Kernel:
*Kernel 2.6.33.7 pclos.6.bfs

Panel:

  • Lxpanel, with shutdown-dialog.py for the control buttons « Restart/Shutdown/Logout ».

System:
*Control Center PCLinuxOS (PCC = Central Graphical User Interface to configure the system)
*Synaptic to manage the programs and system updates
*Openbox to manage the windows, with the theme Island Caye
*Obconf to configure Openbox
*Openbox-menu to provide an application’s menu always up to date in the right-click (pipe menu relying on menu-cache library, from the Lxde project)

  • GTK2 theme Elegant Aurora

User programs:

  • Midori 0.2.9 to surf the web
  • PCManFM 0.9.9 to manage files and destkop
  • Geany to edit texts
  • mc to manage files and edit texts (with mcedit)

Monitoring:

  • net_applet
  • htop

Other programs:

  • ssh
  • lftp

To keep the system clean:

  • Bleachbit

Particular program:

  • rzscontrol, from the Compcache project, installed and configured, to create a RAM based block device (named ramzswap) which acts as swap disk

Optionally, it is possible to use feh to manage the background and also possible to not use icons on the desktop. In addition, it is possible to change the default configuration files from ~/.config/openbox : autostart.sh, menu.xml and rc.xml. (As a guide, please take the time to read the comments in the files.)

At last, there is also a sprinkle of fantasy, with desktop effects : transparency, fadings, shadows.
Theses effects are provided by the program xcompmgr-dana, thanks to the patch from Dana Jansens (Openbox project), which brings transparency to xcompmgr, and thanks to CalimeroTeknic’s configurations (ArchCtk project) from whom I borrowed the script and the configurations.
This is where you can activate these effects from the (right-click) Preferences menu. They can be activated or deactivated on the fly.

A few screenshots to show how the desktop looks

With the right-click menu:

With the Lxpanel menu:

Icon launchers in PCManFM 0.9.9:

Compcache ramzswap control:

The goal was to make a version as small as possible, and then to be personalized by whatever the user wanted to add. This would allow for “creative customization”. But this could be rather easy if you would consider using directly the cli.iso created by etjr : the ISO, 175 MB large, could perfectly fit this use. However, experience shows that starting from cli.iso is a hard task and needs more than average knowledge and also some research. Therefore the next criteria has been to change it so that it works easily for most users. Yes, but up to what limit ?

This limit is reached BEFORE installing non free drivers and firmwares. There are two reasons for this : the first one is that it takes much space, and the second reason is that the people who will need them will find it easy to install one that they need, or to recreate a version containing several, using the « mylivecd » script. (The script – mylivecd – is a program meant to create a bootable iso image from within a running PCLinuxOS, which is provided in all PCLinuxOS versions).

Another reason for limiting the amount of installed programs in PCLinuxOS Openbox Bonsai is that the components installed in it can also be removed easily in order to create for example, a web server without X, a file server, or a version yet smaller… and still containing the pinch of additional programs that make it work well on the machines where the distribution has been tested.

So, what makes this version easy to use for most people ? What makes it easy to handle, is the fact you can install it with the graphical mode, as in any other PCLinuxOS version, because the distribution doesn’t provide a text mode install actually, and what makes it easy to start with is because of the numerous days of testing by users from numerous countries who were interested in the project. These beta testers have been testing and have brought feedback to the main PCLinuxOS forum during several months.

These have been reviewed – wired and non wired internet connections with mandi, ppp and pppoe, Ntfs partitions access. Also thoroughly tested is the ability to install and use the printing packages, and the bugs in the PCManFM file manager which is still in development, and many more that will not be listed here.
All of this feedback, while bringing issues to solve, have led to deep researches from an « advance beginners » team, searching step by step, where the problem could be located and all the issues have been solved.

Even Texstar, the creator of the PCLinuxOS distribution came and gave helpful information on the way.

You may wish to visit the thread: PCLinuxOS Openbox Bonsai 2010.11.13 – who wants to test ?

Publicités

PCLinuxOS Openbox Bonsai -fr-

Tout a commencé au début du moins de Juillet 2010, quand une demande pour réaliser une version core a été publiée sur le forum des projets communautaires « mypclinuxos.com/forum ». À la suite de cette demande, un membre de la communauté PCLinuxOS connu sous le pseudo « etjr » a créé une image ISO minimaliste dite « core », sans interface graphique, construite avec les rpm du dépôt PCLinuxOS.

J’ai sauté sur l’aubaine, pour réaliser une version PCLinuxOS Openbox miniature. Cela a occupé de nombreuses journées, les miennes et celles de plusieurs vaillants testeurs sur le forum de PCLinuxOS.com. Nous disposons maintenant d’une PCLinuxOS Openbox en anglais, et d’une version localisée en français, dont le nom de code est « Bonsai ». Cette version de PCLinuxOS, la plus petite, est dotée d’une interface graphique et est installable.

La version en français fait 290 Mo, elle peut être téléchargée ici:
pclinuxos-openbox-bonsai-fr.2010.11.iso
pclinuxos-openbox-bonsai-fr.2010.11.md5sum

ou ici si le lien ci-dessus venait à faillir:
pclinuxos-openbox-bonsai-fr.2010.11.iso
pclinuxos-openbox-bonsai-fr.2010.11.md5sum

La version en anglais, d’une taille de 261 Mo est disponible ici
pclinuxos-openbox-bonsai-2010.11.iso
pclinuxos-openbox-bonsai-2010.11.md5sum

et aussi ici au cas où le premier lien serait hors service:
pclinuxos-openbox-bonsai-2010.11.iso
pclinuxos-openbox-bonsai-2010.11.md5sum

Voici la liste des programmes et des principales fonctionnalités:

Noyau:
*Kernel 2.6.33.7 pclos.6.bfs

Panel:

  • Lxpanel, avec shutdown-dialog.py pour les boutons de contrôle « Redémarrer/Éteindre/Se déconnecter ».

Système:
*Centre de contrôle PCLinuxOS (PCC = interface centrale pour configurer le système
*Synaptic pour gérer les applications et les mises à jour système
*Openbox pour gérer les fenêtres , avec le thème Island Caye
*Obconf pour configurer Openbox
*Openbox-menu pour fournir un menu applications toujours à jour dans le clic-droit (pipe menu s’appuyant sur le programme menu-cache du projet Lxde)

  • Thème GTK2 Elegant Aurora

Programmes utilisateurs:

  • Midori 0.2.9 pour surfer
  • PCManFM 0.9.9 pour gérer les fichiers et le bureau
  • Geany pour éditer des textes
  • mc pour gérer les fichiers et éditer des textes (avec mcedit)

Monitoring:

  • net_applet
  • htop

Autres programes:

  • ssh
  • lftp

Nettoyage du système:

  • Bleachbit

Particularité:

  • rzscontrol, du projet Compcache, installé et configuré, pour créer un périphérique de type block (nommé ramzswap) qui fonctionne comme une partition de swap

En option, il est possible d’utiliser feh pour gérer le fond d’écran, de se passer d’icônes sur le bureau, de modifier les configurations par défaut dans les fichiers ~/.config/openbox : autostart.sh, menu.xml et rc.xml (lisez bien les commentaires pour vous guider).
Enfin, il y a aussi une pincée de fantaisie, avec des effets de bureau : transparence, fondus, ombres.
Ces effets sont produits par le programme xcompmgr-dana, grâce au patch de Dana Jansens (projet Openbox), qui offre de la transparence, et aux configurations de CalimeroTeknik (projet ArchCtk) à qui j’ai emprunté le script et les configurations.

Vous trouverez ainsi dans le menu-droit Openbox la possibilité d’activer et de désactiver ces effets à la volée.
Avec le menu clic-droit:

Avec le menu de Lxpanel:

Icônes de lancement dans PCManFM 0.9.9:

Le ramzswap control de Compcache:

L’objectif recherché était de mettre à disposition de tous une version aussi petite que possible, qui puisse être modifiée de la manière qu’un utilisateur le souhaiterait. Cela permettrait une « personnalisation créative ». Mais ça, c’est assez facile : la version cli.iso créée par etjr, d’une taille de 175 Mo pourrait remplir parfaitement cette fonction. Cependant, l’expérience montre que commencer depuis la « cli.iso » est une tâche rude qui requiert plus qu’un savoir de niveau intermédiaire, et nécessite aussi de faire des recherches. L’objectif a donc aussi été de faire en sorte que ça fonctionne aisément pour la plupart des utilisateurs. Oui mais, jusqu’à quel point ?

Le point d’arrêt se situe AVANT l’installation de drivers propriétaires et de firmwares non libres. Il y a pour cela deux raisons : la première est que ça prend beaucoup de place, et la seconde est que ceux qui auront besoin de ceux-ci pourront très facilement en installer un dont ils ont besoin, ou recréer une version qui en contienne plusieurs, en utilisant le script « mylivecd ». (Le script mylivecd est un programme permettant de recréer une image iso depuis une distribution PCLinuxOS en fonctionnement, et qui est fourni par défaut dans toutes les versions PCLinuxOS).

Une autre raison pour limiter le nombre des programmes installés dans PCLinuxOS Openbox Bonsai est que les composants de cette version doivent aussi pouvoir être désinstallés facilement, afin de permettre par exemple, d’en faire un serveur sans X, un serveur de fichiers, une version encore plus minimalistes… et contenant toujours la pincée de programmes supplémentaires qui font que l’ensemble fonctionne bien sur les machines où la distribution a été testée.

Alors, qu’est-ce qui fait que cette version est facile à utiliser pour tout un chacun, finalement ? Ce qui la rend aisée à prendre en main, c’est de pouvoir l’installer en mode graphique comme les autres versions PCLinuxOS, car la distribution ne dispose pas d’un installeur en mode texte, et ce sont aussi les nombreuses journées au cours desquelles des utilisateurs de divers pays, intéressés par le projet, ont testé et fait part de leur expérience avec les problèmes rencontrés, sur le forum principal de la distribution PCLinuxOS.

Tout y est passé : la connexion internet filaire, en wifi, avec mandi, avec ppp et pppoe, l’accès aux partitions Windows, la capacité à passer le test de l’installation des paquets pour l’impression, les bugs dans le gestionnaire de fichiers PCManFM en cours de développement…

Tout le monde, à commencer par moi-même voulions avoir la possibilité d’installer en mode graphique, même sur des machines à partir de 128 Mo de RAM, et jusqu’aux fonctionnalités d’extinction et de redémarrage qui se fassent proprement sans plantage : dans un mode Live USB sur partition ext3 installé grâce à un script « maison » fourni depuis peu sur les dépôts PCLinuxOS, par un membre de la communauté : ce script se nomme PCLinuxOS Live USB. (Ce script permet d’installer une ou plusieurs versions de PCLinuxOS depuis PCLinuxOS afin de créer une clé usb bootable pouvant également être utilisée en mode persistant, ou encore avec l’option « copy to ram »).

Ces diverses remontées d’informations, faisant état de problèmes à résoudre, ont fait l’objet de recherches poussées, par une équipe de « débutants avertis » cherchant pas-à-pas « où pouvait bien se situer le problème » et tous les bugs ont été résolus.
Même Texstar, le créateur de la distribution PCLinuxOS est intervenu sur le fil pour fournir des informations utiles en chemin.

Vous pouvez visiter le fil (en anglais):

PCLinuxOS Openbox Bonsai 2010.11.13 – who wants to test ?

Préparer un nouveau remaster PCLinuxOS

En tout premier, installer un nouveau fichier sources.list, comme indiqué sur ce post : [Synaptic] Des dépôts à jour – fichier sources.list à jour.

Puis, recharger la liste des paquets, configurer les préférences pour ne pas garde de paquets en cache et faire une mise à jour complète.

Installer Bleachbit afin de nettoyer tous fichiers devenus inutiles. Lancer Bleachbit une fois en mode utilisateur : configurer la ou les langues à conserver dans les préférences.

Lancer une fois Bleachbit en root avec la commande : kdesu bleachbit si on utilise KDE, gksu bleachbit si on utilise Xfce4 ou Gnome, donner le mot de passe root à la petite fenêtre qui le demande, configurer la ou les langues à conserver, dans les préférences, puis afficher les fichiers à supprimer, regarder lesquels ils sont, et les supprimer.

Dans la version Xfce4 en FR et EN en cours de test[¹], j’ai ajouté une entrée de menu pour pouvoir lancer Bleachbit en mode root. Le mot de passe sera demandé directement.

Ensuite je tenterai un remaster en chroot depuis l’installation PCLinuxOS voisine.

Les répertoires à nettoyer : sous /root, certains fichiers conservant l’historique des fichiers ouverts récemment, des logs de synaptic, des répertoires d’applications utilisateur ayant été lancées, peuvent être effacés. (Il faut afficher les fichiers cachés). Sous /var/log, tous les logs peuvent être supprimés. Si on est en chroot, on peut aussi supprimer tous les fichiers sous /dev à l’exception de trois d’entre eux : console, null et zero.

Sous le home de l’utilisateur, même chose que sous /root, sous /etc suprimer le contenu du répertoire skel (mais pas le répertoire skel) et y copier tout le contenu du home utilisateur, sauf le répertoire temporaire que l’on y crée pour y déposer le remaster, qu’on nommera temp, pour ne pas le confondre avec tmp.

On peut aussi supprimer les locales inutiles dans /usr/share/man/locales. Sous /usr/share/docs tout peut être supprimé, sauf HTML.

Ce listing n’est pas définitif. (démonter toute partition externe avant de commencer, si on lance mklivecd depuis le système en fonctionnement, vérifier que le swap soit sur on… )

[¹] La version en cours de test étant parfaitement fonctionnelle, et ne nécessitant que deux ou trois détails sans gravité à corriger, comme un fichier vimrc qui traîne dans le home de l’utilisateur, et un ou deux paquets comme evince, et printer drake, je vais m’attaquer rapidement à la description complète afin de pouvoir la présenter lors de sa prochaine diffusion. En attendant, pour essayer, c’est ici:

PCLinuxOS-2009-Xfce4-fr-6-Aout.iso

PCLinuxOS-2009-Xfce4-fr-6-Aout.md5.txt

#pclinuxos, #pclinuxos-fr, #remaster, #xfce4

PCLinuxOS ligne de commande mklivecd

C’est sur le forum PCLinuxOS et sur le canal IRC de soutien que le problème principal concernenant la création d’une version issue d’une installation modifiée, (=remaster) a été résolu. C’était en même temps un problème de compréhension du mécanisme, et couplé à des changements importants suite à des mises à jour, en particulier la mise à jour de l’interface graphique.

Voici le post où j’ai enfin pu annoncer que ça avait fonctionné.

mklivecd –splash silent –md5sum –fstab=rw,noauto –boottheme bluephase –keyboard=fr –nodir=/home/guest/temp –tmp=/home/guest/temp –lzma /home/guest/temp/PCLinuxOS-2009-Gnome-fr-16-Juil.iso

Enfin, ne pas oublier de générer un fichier md5sum pour l’accompagner:

# cd to iso directory
# set $ISOFILE as needed
ISOFILE="remaster.iso"
md5sum $ISOFILE > $ISOFILE.md5.txt


#mklivecd, #pclinuxos, #remaster

Versions personnalisées de PCLinuxOS

J’ai fait plusieurs versions successives en procédant de la manière qui me semblait le plus juste, pour faire de nouvelles versions plus conformes à ce que j’aime dans une distribution : localisée en français, deux champs pour les identifiants de connexion et pas plus, ni offre de se connecter en root ni autres options curieuses… (voyez dans d’autres de mes billets au sujet des remasters avec mklivecd… je ne parle pas de mkliveusb, mais il existe aussi, d’ailleurs).

Puis, j’ai découvert la méthode préconisée par Texstar, le développeur de PCLinuxOS, et j’ai pu ainsi apprendre une ou deux choses utiles de plus.

Remaster pour distribution

Éléments requis:

  • Un live CD PCLinuxOS
  • Une partition libre sur le disque dur. (Peut être fait dans VirtualBox également)
  • Un gros fichier de swap (2 Go recommandé)

Démarrez sur le live CD. Connectez vous en mode root. Éditez /usr/share/draklive-install/drakelive-install et commentez les lignes suivantes à l’aide d’un # en début de chacune de ces lignes:

# enable back some disabled services
require services;
services::start_service_on_boot($_) foreach qw(dkms anacron atd crond syslog);
sync_logs();

  1. Automatically delete the guest account on first boot

system(« chroot $::prefix touch /etc/delete-guest-account »);

  1. Setup for root password and create new user at 1st boot

system(« rm -f $::prefix/etc/sysconfig/finish-install »);
system(« touch $::prefix/etc/sysconfig/finish-install »);

open FINISH, ‘>’, « $::prefix/etc/sysconfig/finish-install »;
print FINISH « FINISH_INSTALL=yes\n »;
print FINISH « LICENSE=no\n »;
print FINISH « LANGUAGE=no\n »;
print FINISH « KEYBOARD=no\n »;
print FINISH « TIMEZONE=no\n »;
print FINISH « NETWORK=no\n »;
print FINISH « AUTHENTICATION=no\n »;
print FINISH « USERS=with_root\n »;
print FINISH « USER_AUTOLOGIN_FIRST=no\n »;
print FINISH « GLX=no\n »;
close FINISH;

Sauvegardez le fichier.

Note : j’ai remarqué ce ce fichier ne contient pas ces lignes présentées ainsi lorsque vous démarrez sur le live CD, mais il ressemble à ça après l’installation par contre. Je m’en suis arrangée, sachant que l’intérêt est de faire une installation qui ne va pas utiliser dkms et harddrake pour reconnaître le matériel : parce que d’une part, au premier reboot après installation, ils seront activés à nouveau, (c’est prévu dans les scripts de post-installation, si j’ai bien tout compris) et ensuite, ça permet de gagner du temps sur le boot du live CD qui va en résulter, car dkms et haddrake seront désactivés à ce moment là.

Installation:

Cliquez sur le lanceur de l’installation qui est sur le bureau. Quand l’écran vous invitant à supprimer les drivers vidéo apparait à l’écran, cliquez sur le bouton « Cancel ». L’installeur continuera ensuite l’installation en conservant les drivers Nvidia et ATI.

Je sélectionne généralement « partitions personnalisées » et je crée une partition / (dite « root », ou « système », celle qui contiendra tous les répertoires du système d’exploitation), pour réaliser mon installation.

Ceci installera une réplique exacte du live CD, préservant le compte invité et prévenant les services désactivés d’être démarrés.

Connectez-vous sur votre nouvelle partition en mode root. Revenez sur le fichier modifié, et restaurez les sections commentées dans draklive-install (n’oubliez pas).

Si vous voulez économiser de l’espace sur votre Live CD, éditez /etc/rpm/macros et ajoutez la ligne %_excludedocs 1 Ceci empêchera tout fichier de documentation de s’installer lors d’une mise à jour par Synaptic ou lors de l’ajout d’une application. Après installation, après suppression ou mise à jour de vos applications revenez sur ce fichier et changez la ligne pour %_excludedocs 0 ou supprimez-la.

Note : ça peut être une bonne idée, pour une distribution installée à fins de création de remasters, pour le mettre en place entre deux créations de remasters. Il ne s’agit pas d’oublier de remettre la ligne à 0 avant de remastériser, sinon les pauvres utilisateurs qui vont l’installer après n’auront jamais les docs dans leur système (cela leur sert-il à quelque chose, me direz-vous ? 😀 )

Après avoir fait vos mises à jour, vous pouvez gagner encore plus de place en supprimant les fichiers suivants:

le répertoire /usr/share/man (la plupart des utilisateurs de machines de bureau n’en auront jamais l’usage)

/!\  Le paragraphe qui précède est une traduction des paroles de Texstar. Imaginez-vous qu’il est hors de question que je fasse une chose pareille. :>

Moi supprimer les man ? Eh bien seulement ceux qui sont en langue autre que français ou anglais : sous /usr/share/man, il y a un certain nombre de répertoires comportant des noms explicites : it, es, ru, et ainsi de suite. Pour un remaster à l’attention des utilisateurs francophones, Ce sont uniquement ceux-là que je supprime.

Personnalisations:

Un répertoire intéressant, est le répertoire /etc/skel. Quand un nouvel utilisateur est créé, tous les fichiers de /etc/skel sont copiés dans le répertoire de l’utilisateur. Si vous décidez de modifier des configurations dans KDE, assurez-vous de copier le fichier .kde de root dans votre /etc/skel de sorte à ce que le nouvel utilisateur qui sera créé à l’issue de l’installation bénéficie de vos personnalisations. Les utilisateurs de Gnome copieront .gconf, .gconfd, .gnome2, .gnome2_private dans leur répertoire /etc/skel.

Note : pour me simplifier, je fais un cp -Ra en root sur tout le répertoire /home/guest vers /etc/skel, puis je vais dans /etc/skel et je supprime quelques fichiers et répertoires inutiles, je vide le bash_history…

Il y a 3 domaines qui peuvent influencer vos possibilités de créer un remaster. Assurez-vous que la partition que vous remastérisez ne contient pas pour plus de 4 Go d’applications installées. Assurez-vous que d’autres partitions ne soient pas montées quand vous lancez une commande remasterme ou mklivecd. Désactivez toute entrée dans fstab qui contient une ligne tmpfs. Après avoir enlevé les entrées, redémarrez de sorte à ce qu’aucun système de fichier en ram ne soit créé.

Exemple de choses à enlever (nda:où désactiver) dans /etc/fstab:

none /tmp/jack tmpfs defaults 0 0
none /tmp tmpfs defaults 0 0
none /dev/shm tmpfs defaults 0 0

Maintenant que vous avez votre installation configurée, vous pouvez lancer remasterme dans la console et créer une nouvelle image iso.

Note : et Texstar concluait:

Amusez-vous bien !
Tex

#master_the_remaster, #pclinuxos, #remaster

Pour de meilleurs remasters PClos

Une petite note pour ne pas oublier quelques-unes des informations les plus intéressantes de ces dernières semaines.

Lire la suite

#pclinuxos, #pclinuxos-fr, #pclinuxos_gnome, #remaster

PCLinuxOS 2009 en français version 27 Juin

J’ai fait un nouveau remaster, pour plusieurs raisons. La première, c’est que j’ai appris de nouvelles choses en route, comme le moyen de conserver toutes les préférences de l’utilisateur. J’ai donc un utilisateur guest, comme à l’origine dans le CD officiel, et un utilisateur root.

Lire la suite

#pclinuxos, #pclinuxos-fr, #remaster