Installer PCLinuxOS MiniMe sans CD (2)

Je prépare un paquet de captures d’écrans (il y en a 30), je les uploades sur un espace personnel et je les récupérerais depuis une autre distribution, plus avancée en configuration, de sorte à les redimensionner convenablement avant publication.

Pour l’instant, je vais redimensionner la partition voisine, une Edubuntu qui dispose des 4 Go requis dont j’ai besoin pour installer PCLinuxOS avec une marge confortable. Il n’y aura que une partition contenant tout, y compris le /home car pour cette machine ce ne sera pas destiné à une distribution pour tous les jours, mais bel et bien à fin de démonstration.
À noter que la partition à redimensionner est dans une partition étendue : elle n’est pas montée et semble disponible, toutefois bien que la distribution depuis laquelle je vais essayer la manip est en mode Live CD, elle n’est pas indépendante de la partition sur laquelle son image iso est installée : j’aurais peut-être dû activer le cheatcode copy2ram au moment du démarrage (à ajouter sur la ligne de boot du kernel, dans le fichier menu.lst), pour pouvoir démonter la partition en question ? 😕
Je retournes donc dans Synaptic, j’installe lftp, ainsi que le nécessaire pour écouter de la musique : streamtuner et xmms, pour écouter Radio Swiss Pop, car ça commence à être long !
Je vais simplement me contenter de mettre le paquet de captures d’écran sur Internet, après quoi je tenterais le copy2ram avant de décider s’il est intéressant de partitionner depuis le système live avant l’installation. Pour l’instant ça semble plus scabreux qu’autre chose vu que je ne peux éventuellement rien faire depuis la partition étendue à laquelle le système live est rattachée, sans compter que je ne peux pas récupérer sur les trois partitions comme je l’avais prévu à l’origine.
Avec tout ce que j’y ai fait ce matin, je me serais bien faite un « Remaster », mais je ne connais rien aux options, et le temps d’apprendre à utiliser cet outil… la distribution n’est pas encore installée ! Ce sera pour une autre fois. 🙂
Bien sûr j’aurais aussi pu suivre strictement les indications données sur le wiki anglais, transférer le contenu complet de l’iso dans un répertoire, et employer le cheatcode indiqué pour que les modifications apportées durant la session soient prises en compte. Ce sera aussi à essayer une prochaine fois, d’autant qu’un tel système peut être ensuite transféré facilement sur d’autres machines.

Advertisements