Mister Wong et bookmarks sociaux

Il était une fois…

Il y a quelques jours, peut-être dix ou… non, il y a déjà un mois, je me suis inscrite sur le site de bookmarks sociaux Mister Wong.

Avant de m’inscrire là, je me suis demandée sur quel site de bookmarking j’allais m’inscrire, puis après mon inscription, je me suis demandée pourquoi des gens mettaient des moyens techniques à disposition de millions d’inconnus pour que ceux-ci confient leurs favoris à un site web distant.

Alors j’ai visité une dizaine de sites de bookmarking, j’ai choisi Mister Wong, et j’ai commencé à y inscrire des adresses de sites web, pour remplacer progressivement mon marque-pages, enfin le troisième ou le quatrième, qui est plein à craquer (euh pas très technique ça… je veux dire, qui est très long et fort lourd) et dont l’organisation est discutable commence à ressembler à n’importe quoi.

Sachant déjà que le social bookmarking offre l’avantage de retrouver son marque-pages partout où une connexion internet est disponible, depuis n’importe lequel des systèmes d’exploitations installés sur l’ordinateur (trouvez-vous que vous en ayez assez avec un OS sur votre machine, ou avec une seule machine ?) et sachant que les favoris peuvent être inscrits au choix en mode privé ou public, on commence à parler de social : on peut contribuer à faire connaître ses sites préférés, et visiter ceux que les autres ont choisi.

Apparemment, c’est là que les offreurs de services de bookmarks sociaux y trouvent leur avantage: les sujets choisis donnent des indications sur ce que les gens recherchent en priorité, et fournissent eux-même la matière pour créer des moteurs de recherche gigantesques.

Comment choisir ?

Une recherche sur Internet, avec les mots clés « bookmarks sociaux » m’a menée sur quelques sites internet où des personnes ont proposé une liste.

Le Webmaster Hub a traité le sujet sur son forum, dans Social bookmarking. Un extrait de ce post:

Intérêt

  • Le bookmarking vous permet, donc, d’externaliser vos signets.
  • Vous pouvez travailler vos tags et « anchor text »…
  • Vous faites connaître vos liens…

Le Social bookmarking, version française

  • Bookmarks
  • Mister Wong
  • Blinklist vF et Blinklist vO
  • Blogmarks
  • Mikiwi
  • Coomcoom
  • Sezame
  • Bookeet
  • et d’autres , encore : Plpage, MesFavoris, Kopikol, …
  • Ask vF propose, aussi, de partager vos bookmarks : Ask

J’ai donc visité la plupart de ces sites, et j’ai préféré voir quelles étaient les propositions en langue française. J’ai éliminé d’emblée Blogmarks.net : en effet, ces gens-là tout en offrant une interface agréable, ne savent pas ce qu’ils veulent. Ils se classent comme service français, leur interface est en français, et leur blog est en anglais (qu’ils écrivent avec un fort accent français). Je peux y lire la dernière nouvelle qui date de 2006, sur leur blog, ils disent « au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, nous faisons quelques expériences de publicité sur les pages publiques (les vertes)…  »

En 2006 justement, je m’étais inscrite, j’avais commencé à inscrire quelques favoris, puis j’ai perdu mon mot de passe. J’ai donc écrit un Email à l’équipe mais je n’ai jamais eu de réponse.

Pour s’inscrire actuellement, il faut passer par une demande écrite :

Your invitation code* :

  • mandatory, if you want to be invited, send us a kind email explaining why, thank you !

Traduction :

«Votre code d’invitation*

*obligatoire, si vous voulez être invité, envoyez-nous un gentil email pour nous expliquer pourquoi, merci !»

N’importe quoi !

Parmi les autres bookmarks sociaux, j’ai remarqué Mikiwi qui a une tête sympatique, avec une interface agréable, et bientôt la création d’un groupe. Parmi tous ceux que j’ai visité de cette liste, et d’autres trouvés aussi par la même recherche sur le web, j’ai retenu Mister Wong pour les raisons suivantes:

  • il existe en français;
  • il existe dans quatre langues et continue de s’étendre;
  • l’interface est agréable et ergonomique;
  • les fontionnalités permettent de classer ses favoris par tag et de créer des groupes de tags;
  • il tient un blog où il parle de choses intéressantes;
  • il publie une FAQ avec des questions pertinentes;
  • il permet la création de groupes dans lesquels on peut inscrire ses favoris;
  • il fournit des outils pour les navigateurs de tous OS, ainsi que pour les blogs et autres sites.

J’ai trouvé quelques petits détails qui pourraient être plus pratiques : une fois qu’un groupe tags est créé, il n’y a pas de raccourci permettant de classer une nouvelle entrée directement dans un groupe de tags. Par contre, il y a un raccourci pour mettre le lien dans un groupe où on est inscrit, ce qui rend plus facile le classement des favoris publics.

Qu’est-ce que ça rapporte aux bookmarks sociaux ?

Les sites en question se paient sur de la publicité, ou sur des sponsors. D’une manière ou d’une autre, ça rend service aux internautes et ça ne leur coûte pas d’argent, mais on peut préférer l’un ou l’autre parmi les prestataires, en fonction de l’esprit qui les anime, à travers la manière dont leur offre est construite, le soin apporté aux fonctionnalités et… des détails qui relèvent du goût de chacun.

Quelques blogs qui parlent du sujet : Digg-like francophones

Extrait:

Digg-like et référencement

L’une des raisons d’être d’un service de type Digg-like est la promotion de sites web tiers et en particulier des sites web de qualité, les votes communautaires faisant office de filtre qualitatif. Une fois référencés sur ces services, les pages web ainsi mises en avant profitent d’un trafic additionnel. Certes, ce trafic est faible si les pages n’apparaissent pas en première page du service. Néanmoins, arrivées en première page, ce trafic peut être conséquent, même si les Digg-like francophones ont une popularité plus restreinte que leurs confrères anglophones.

Pour aller plus loin dans le sujet référencement et marketing, voici ConseilsMarketing.fr, un site qui propose un classement des top 100 des digg-like,

Voici notre classement trimestriel des meilleurs digg likes francophones, avec le Top 100 du 25 novembre 2007 au 16 février 2008, toujours calculé à partir des visites de ConseilsMarketing.fr.

Nous le rappelons encore une fois que ce classement est loin d’être 100% impartial, car il se base uniquement sur les articles de ConseilsMarketing.fr publiés notre liste de de Digg Likes (plus de 50) durant près de 2,5 mois, ce qui est un biais important (la surreprésentation de ConseilsCreateur.com et de Marketingrama.info en sont la preuve).

Néanmoins ce classement à l’avantage de comparer l’impact de liens de même qualité au travers de plusieurs sites, de mesurer l’audience apportée, et surtout de donner une liste des Digg Likes les plus influents sur le net.

Mais qui est Mister Wong ?

Enfin, une question qui m’a titillée : qui est donc Mister Wong ? Dans son blog, un billet parmi ceux les plus récents parle d’un article qui parle de lui.

Voici les références que j’ai trouvées :

D’abord, un billet sur le blog de Mister Wong, Mister Wong dans Newsweek. Puis, bien sûr l’article en ligne lui-même, en suivant le lien en fin de billet,

Creating Buzz (Without Hate Mail) Mister Wong lets users search each other’s bookmarks.

Kai Tietjen est donc le nom civil de Mister Wong, précédemment à la tête d’une agence de publicité, il a eu envie de passer au social bookmarking. Il a trouvé de grands sponsors dans son pays, l’Allemagne, et développe ce projet par étapes.

Il est développeur, mène une entreprise de 60 salariés, et a créé des gadgets pour Google, ainsi que un i-phone « wongisé » et un outil en ligne qui doit être bien pratique, Beam-it-up-scotty.com, pour Transférer facilement des fichiers sur votre mobile.

Advertisements